Simultané du Roy René sur BBO !!!
Le calendrier des tournois

Les prochains tournois : inscrivez vous sur BBO
Mardi 27 octobre (16 donnes soir à partir de 20h00)
Jeudi 29 octobre (16 donnes soir à partir de 20h00)
Mardi 3 novembre (16 donnes soir à partir de 20h00)

Téléchargez les numéros d'Atout Bridge
logo atoutbridge v2

Complétez votre collection !
Téléchargez les anciens numéro d'atout Bridge !

Cliquez ici

 

 

Téléchargez et imprimez ICI le n° 69 d'Atout Bridge

 Si votre collection n'est pas complète commandez ICI les numéros à télécharger

 

 

Savoir se taire

« La parole est d'argent mais le silence est d'or », cette citation connue, qui trouve son origine dans le Talmud, est tout à fait adaptée à la pratique de notre loisir favori. Que ce soit pendant le tournoi ou, plus intéressant, lors de la phase des enchères...
Savoir parler à bon escient, et se taire lorsque c'est préférable, est une pratique qui demande pas mal de discernement, une bonne analyse de la situation, et aussi du courage, le carton passe étant le plus difficile à sortir de la boîte !
Voyons comment procéder en théorie, nous ne pouvons examiner bien sûr toutes les séquences possibles et imaginables.

1 - Le misfit.

Sud
7
AV954
RD7
R763
Sud
A7
R8
DV976
A532
Sud
9
R83
DV92
AV732
Nord
A7543
8
V1072
D94
SN
1 1
2 2
?  
SN
1 1
2 2
?  
SN
1 1
2 2
?  
SN
1 1
2 ?
 Passe
Et vite, le partenaire est faible, pas de manche en vue.
 Passe
Le partenaire possède au maximum 10 H, de plus 2 est une préférence, pas un soutien !
 2SA
Piège du vilain prof, 2 est forcing pour un tour...
Passe
Sûrement le moins mauvais contrat ! 

 Attention donc à ne pas confondre soutien et préférence, mais aussi à bien diagnostiquer si une enchère du partenaire est forcing ou non. Un bon principe, lorsque l'on sent le misfit à plein nez, s'arrêter le plus tôt possible, quitte à jouer un contrat en « fit » 4-3, ou 5-2.
Nous venons d'étudier des séquences simples, dans lesquelles il était assez facile de se rendre compte que, ne gagnant pas de manche, s'arrêter au palier le plus bas possible dans un contrat peut-être pas optimum, mais raisonnablement jouable, était aisé.
Mais l'herbe n'est pas toujours aussi verte, voyons, lorsque le palier des enchères s'est élevé alors qu'on ne le souhaitait pas vraiment, comment réagir dans certains cas.

Est
V1054
72
R9643
74
Est
7
V94
D63
RDV972
Nord
R4
D72
V9854
R107
Nord
D5
V109743
8
AV72
SONE
1 X - 1
- 2 - 2
- 3 - ?
SONE
1 1 - 2
- 2 - ?
SONE
1 - 1SA 2
2 - 2 3
- - ?  
SONE
1 - 1 -
1 - 2 -
3 - ?  
Passe
Le partenaire possède au moins six cartes à Trèfle, la partielle sera bonne.
Passe
2 était non forcing, passons vite avant de se trouver trop haut !
Passe
D'accord on possède une main maxi, mais aucun soutien,
essayons de faire chuter.
Passe
Sud possède au moins six Carreaux, misfit Cœur, surtout ne pas dire 3SA !

Finalement, peu de changement avec ce que nous avons étudié précédemment, analyser la situation, et ne pas hésiter à passer si l'enchère du partenaire n'est pas forcing, un des grands principes du système
d'enchères français est « on n'améliore pas la partielle », en clair, si je reparle alors que votre enchère n'était pas forcing, partenaire, c'est soit que j'ai une couleur très longue, soit, a minima, un espoir de manche.
Voyons avec un de nos habituels petit tableau comment réagir dans une séquence donnée :

 

  Vous possédez, en Sud, cette agréable main de 15 H : AD83 9 ARD743 72. Sans vouloir préjuger de la suite, vous êtes tout guilleret, et patatras, après votre ouverture d'1, Ouest intervient à 1 ! Ruinant beaucoup de vos espoirs, c'est la vie...
Imaginez, dans un autre contexte, un passe à votre gauche et 1 chez le partenaire, cela change votre façon de voir les choses du tout au tout, maintenant, vous pensez au chelem !
   

 

 Si vous avez déjà assisté à un de mes cours, en stage, en vidéo, ou au Roy René à Angers, vous m'avez souvent entendu parler des plateaux de la balance, en clair, au fur et à mesure que la séquence évolue, votre main prend du poids, ou en perd. C'est ce que l'on appelle le « jugement », savoir ce que vaut sa main dans un contexte donné, c'est la quête du Graal de tout bridgeur.
Bien sûr, il ne va pas toujours être simple de visualiser où se situent les honneurs « clés », mais les enchères vont souvent donner des présomptions, voire des certitudes quant à cela. Passer ou enchérir va donc être un art qu'il va bien falloir essayer de maitriser au mieux.

Nord
RD7
94
A863
9754
Ouest
D1072
R943
D965
R
Nord
R964
83
D964
V72
Est
7
D107643
ARD
V107
SONE
1 X 2 3
3 - ?  
SONE
1 - 1SA -
- ?    
SONE
1 X ?  
SONE
1 - 1 ?
Passe
3 est purement compétitif !
Passe
La distribution est bonne mais les couleurs trop faibles pour contrer, dans cette situation, Nord possède 8-10 H.
Passe
Trop faible pour 1 après le contre d'appel.
Passe
2 serait, certes, naturel avec l'ouverture, mais la couleur est trop laide.

 Je vous avais parlé du nombre important de séquences que notre sujet du jour concernait, vous m'accorderez généreusement que je ne vous avais pas menti !
Quelques enseignements :
Après un contre de l'adversaire, parlez avec une main faible seulement si vous avez un bon soutien dans la couleur d'ouverture de votre partenaire, ou vous-même une belle couleur.
Lorsque vous savez qu'un de vos adversaires possède au moins quatre cartes dans votre couleur longue, ne parlez que si celle-ci est solide.
Une surenchère du partenaire dans la couleur d'atout commune ne propose pas la manche, elle est purement compétitive. S'il voulait proposer la manche, le partenaire changerait de couleur.
Pour contrer, que ce soit d'appel ou en réveil, il faut pouvoir supporter, lorsque la main est minimum, toutes les réponses éventuelles du partenaire, et supposer que vos honneurs sont bien placés.
Une des grandes qualités que doit posséder un bridgeur est l'anticipation.

 

NESO
1SA - 2 ?
Ouest
A72
D6
RV954
632
Ouest
D63
94
A72
D10832
Ouest
94
863
RDV984
53
Ouest
9
63
R10863
AV954
Ouest
72
4
DV1064
RDV72
Passe
Les Carreaux sont trop courts et trop laids pour les nommer.
Passe
Trèfles trop « minces » pour un contre d'entame.
2
Peu risqué, c'est une intervention défensive.
Passe
Mineures trop peu étoffées pour faire une action.
2SA
Si on est pas vulnérable seulement.

Que l'on décide de nommer une couleur ou de faire un contre d'entame, il faut se méfier, un Stayman est toujours positif en points H, alors qu'un Texas, majeur ou mineur, peut se faire avec zéro point. Ces enchères autre que passe ont pour objet que le partenaire trouve l'entame dans notre couleur, ou que notre camp trouve un contrat de défense en cas de bon fit et de vulnérabilité agréable.

3 - Intervention.

Une intervention peut avoir plusieurs objectifs :
* Trouver un contrat en attaque.
*Trouver un contrat en défense.
* Donner une bonne entame.
Dans tous les cas de figure, il est de bon ton d'intervenir lorsque l'on a une couleur de qualité correcte, notamment lorsque l'on n'a pas l'ouverture.

Ouest
V9654
D732
A8
DV
Ouest
A72
R98
DV72
AV3
Ouest
DV964
AV732
4
D7
Ouest
D97643
8
A1072
R9
SONE
1 ?    
SONE
1 ?    
SONE
1 ?    
SONE
1 ?    
Passe
Pas assez de jeu ni de qualité de Piques pour intervenir.
Passe
Ou contre à la rigueur mais pas 1SA, 16-18 H en intervention.
1
Et pas 2 bicolore majeur au moins 5-5, couleurs pas assez solides.
1
Pas de 2 faible avec une couleur aussi laide.

Quid, également, de l'ouverture en 3ème ? On dit couramment que l'on ouvre faible en 3ème, en majeure (l'ouverture mineure promet, elle, toujours au moins 11 H), une main avec laquelle on serait intervenu, une « bonne » couleur donc. Mais qu'appelle t'on une « bonne couleur » ?
Une couleur 5ème avec trois honneurs remplit ce critère, A-D-V, R-D-V, etc. On tolère D-V-10, mais n'y revenez pas !

N'oublions pas non plus que le fait de passer à son premier tour de parole ne condamne pas au silence ad vitam aeternam, il est fort possible que nous puissions nous exprimer plus tard, montrant ainsi qu'il y avait un ou plusieurs inconvénients pour parler plus tôt dans la séquence.

Prenons un exemple simple, vous possédez la main suivante :

Ouest
6
94
DV1072
RV964

Et ce débUt de séquence :

SONE
1 - 2 -
- ?    

 Vous avez passé à votre premier tour de parole, vos couleurs anémiques n'étant pas adéquates pour un 2SA bicolore mineur. La séquence s'étant arrêtée à 2, rien ne vous empêche de faire l'enchère de 2SA, ayant limité vos ambitions par votre premier passe !

4 - Enchère libre-enchère forcée.

Cette notion est très importante, ceci dit, je ne pense pas qu'un prof' de bridge vous parle un jour d'un sujet en vous disant qu'il n'a aucune importance...
Redevenons sérieux, la différence est fondamentale entre une enchère libre et une enchère forcée, dans le premier cas, parler alors que l'on aurait pu se taire montre, forcément, un surcroit de distribution, de longueur de couleur, ou de force. Dans le second cas, on parle parce que l'on nous y oblige, même si la torture a été abolie il y a déjà un bon moment...

Sud
V72
D9643
D65
94
Est
V10732
D65
94
1072
Est
V7
103
DV964
R732
Sud
RDV964
7
AD7
D107
NESO
1 X  ?  
SONE
1 X - 1
- - 2 ?
SONE
1 2 X ?
SONE
1 X - 2
?      
Passe
Trop faible pour un soutien direct, on verra par la suite ce qui se passe.
Passe
Malgré les cinq Piques, il n'y a que trois points H...
Passe
Aucune préférence à donner, laissons le partenaire s'exprimer.
2
Le fait de répéter la couleur montre bien évidemment au moins six cartes !

 Seulement quatre exemples, mais qui montrent bien (enfin je l'espère) la philosophie du sujet, on parle lorsque l'on a quelque chose à dire qui n'a pas encore pu être précisée, sachant que tout cela se situe dans un cadre de fourchettes de points d'honneur, et de la notion de forcing ou non forcing.

5 - Ouverture de barrage.

Dans ce paragraphe, nous allons discuter de quand et avec quoi ouvrir en barrage, mais aussi quelle doit être l'attitude des autres belligérants.
Je ne vous avais pas pris en traitre, le sujet est vaste... En effet, dans ce paragraphe 5, il va être de bon ton de parler de l'attitude respective du numéro 2, et du répondant.

Le numéro 2. Pour parler, celui-ci devra posséder une bonne main, avec un soutien dans les couleurs que serait amené à nommer le répondant, n'oublions pas que le palier des enchères sera déjà assez haut.

 

SONE
3 ?    
Ouest
V9864
A63
R7
AD5
Ouest
R7
96
RDV54
AV72
Ouest
D72
R63
AV72
AV9
Ouest
D9
6
ADV72
D10943
Ouest
DV10732
4
R96
D83
Passe
Piques trop laids pour intervenir.
Passe
Contre est Impossible avec doubleton Pique, 4 très dangereux.
Passe
Trop plat pour contrer, pas assez fort pour 3SA.
Passe
Distribution pour 4SA, mais pas assez de jeu.
Passe
On meurt d'envie de dire 3, mais la main est trop faible.

Vous voyez, il y a beaucoup d'interdits, force, distribution, qualité de couleur(s), tout ça parce que le palier est haut, et que le numéro 3 a peut-être du jeu, et serai ravi de vous 'cueillir' par un contre punitif bien juteux (pour son camp !).

 

ESON
3 - ?  
Ouest
A10732
R9854
6
D7
Ouest
AV94
RV72
D6
V107
Ouest
A1094
RDV8
6
DV107
Ouest
D97643
R7
V9
A107
Ouest
7
RV63
94
RDV743
Passe
Espérer une manche avec ça montre un optimisme débordant.
Passe
Pas assez beau pour enchérir 3SA.
Passe
En attendant un éventuel réveil, la bave aux lèvres !
Passe
Espérer un soutien Pique serait utopiste et dangereux.
Passe
Aucune raison de vouloir jouer plus haut.

 Le numéro 3, donc, pour parler, devra, a minima, avoir un espoir de manche, soit une main bien structurée, voire un soutien dans la couleur d'ouverture, ou alors un surcroit de points d'honneur qui permettrait de se sentir à l'abri d'un désastre. J'aime bien dire que dans les enchères, il faut être raisonnablement agressif.

 

ESON
3 - ?  
3/3 : cinq cartes et plus, forcing un tour.
3SA : pour les jouer, souvent avec un soutien dans l'ouverture.
4 : six cartes et plus, forcing un tour.
4 : poursuite du barrage, l'ouvreur n'aura pas le droit de reparler.
4/4 : pour les jouer.
4SA : Blackwood atout Carreau.
5 : pour les jouer.
5 : attaque-défense.
   

 

 

 

 

 

6 - Ils sont mal tombés...

Vos adversaires arrivent à un contrat chutant, allez-vous contrer pour les en prévenir, ou sagement encaisser la chute ?
La réponse est simple, si vous craignez qu'un contrat de substitution puisse être meilleur pour eux, passez, et vite. Si vous pensez qu'ils sont « dans la nasse » à n'importe quel contrat, contrez punitif, pour vous faire respecter !

Est
DV109
732
9654
108
Ouest
RV108
AD7
952
974
Ouest
7
RDV8
A763
A954
Ouest
A863
74
963
V1083
SONE
1 - 2 -
3 - 6 ?
SONE
1 - 1 -
2 - 2SA -
4 ?    
SONE
1 - 1 -
2 - 3 -
4 ?    
SONE
1 - 1 -
1 - 3 -
4SA - 5 -
6 ?    
Passe
Et vite, vous avez la chute en main, si vous contrez et qu'ils dégagent à 6SA et les font, vous allez pleurer...
Contre
Lightner, demande l'entame Cœur, ils ont une force limitée, cela va sûrement chuter.
Contre
Ça va saigner, et ils ne gagnent aucun autre contrat.
Passe, si on contre qu'ils disent 6SA et les gagnent, ce sera la cata !

 Ici, vous devrez faire appel à votre jugement, et à votre discernement, savoir se taire est tout un art, savoir contrer punitif aussi, à vous de manier ça avec toute la dextérité qui vous caractérise !

7 - Chelem, ou pas ?

Parfois (souvent ?) un des deux partenaires enclenche un processus de chelem, et l'autre ne sait pas s'il faut y répondre favorablement, ou non.
Un des éléments clé dans ce genre de situation est de se poser les bonnes questions.
Ai-je déjà limité ma main ?
Impose-t-il le chelem ou le propose-t-il seulement ?
Ai-je le droit de refuser de nommer un contrôle ?
Pas toujours si facile de s'en sortir, encore une fois, votre jugement fera souvent la différence, mais on peut déjà donner quelques pistes...
Regardez cette séquence :

SONE
1 - 2 -
2 - 3  

 Nord montre clairement une main comportant un soutien Pique par un honneur 3ème, ou quatre cartes et plus, avec un minimum de 16 DH. L'ouvreur doit-il systématiquement partir en « contrôles », ou pas ?

Dans votre esprit, le fait pour l'ouvreur d'avoir redemandé à 2 montre-t-il une main faible ?
En fait, la répétition simple de la couleur de l'ouvreur montre toute une foule de mains différentes les unes des autres, sachant que le saut montrerait six cartes très solides, 2SA 15-17 H et 3SA 18-19 H.

L'ouvreur peut redemander à 2 avec :

 

Sud
107632
RV9
AD7
D10
Sud
V98743
A
AR7
A63
Sud
ARD94
A7
V106
983
Sud
D1097543
AR10
RDV
-

 Voyez un peu... Alors, bien sûr, après la redemande du répondant à 3, il n'est pas question de « se taire », puisqu'un processus (a minima) forcing de manche a été enclenché par le répondant, mais de savoir comment reparler. Je vous propose mon système de compétition (ma bonté me perdra...).

 

SONE
1 - 2 -
2 - 3 -
?      
3 : contrôle, pas d'objection à un chelem.
3SA : ouverture mini, mauvais atouts.
4 : contrôle, pas d'objection à un chelem.
4 : contrôle d'honneur (As ou Roi dans une couleur nommée par le partenaire, pas d'objection à un chelem).
4 : ouverture mini, beaux atouts.
4SA : Blackwood.
   

 

 Vous pensez bien que si j'ai pris la peine d'introduire une séquence légèrement hors sujet, c'est que j'avais une idée derrière la tête...

Dans ce genre de séquence :

ONES
1 - 2 -
2 - 4 -
?      

 L'ouvreur devra-t-il obligatoirement se taire, ou aura-t-il le droit de reparler ?
La réponse coule de source, d'où ce que vous avez pu lire plus haut, l'ouvreur pouvant redemander à 2 avec beaucoup de mains différentes, il aura le droit de reparler, mais uniquement avec une main forte,forcément irrégulière, et avec une qualité d'atout qui ne permettait pas un saut.

Ouest
D107643
9
AD7
AV5
Ouest
D87653
A
RD7
A3
Ouest
RV9764
R3
DV5
AD
Ouest
AD9643
7
AR6
AV10
Ouest
A108632
94
AD
A103
Passe
Le répondant est limité à 15 DH, n'oublions pas.
4SA
Blackwood, si besoin on s'arrêtera au palier de 5.
5
En attente du contrôle Carreau, sur lequel on dira 5.
6
Sera forcément jouable, on n'a pas pu dire 3, ils ne sont pas assez beaux.
Passe
Un peu « limite » pour reparler.

 8 - Le coin du bois...

Non, je ne vous convie pas à la cueillette des champignons, mais à celle des adversaires !
En effet, parfois nous avons de quoi les contrer punitif, mais ne pouvons le faire directement, car notre contre serait d'appel (oui, je sais, c'est agaçant !).
Que faire en ce cas ? Eh bien attendre un éventuel contre du partenaire qui, lui, serait d'appel, et que vous pourrez transformer en punitif, on appelle ça le passe « Blanche-neige », ne me demandez pas pourquoi, merci.

 

Est
RDV10
A
10972
V965
Est
D7
AV1083
A965
72
Ouest
D1094
A7
AD65
963
Nord
V1094
A7
AR6
D965
SONE
1 - 3 ?
SONE
1 - 1 -
2 - - ?
SONE
4 ?    
SONE
- 3 - -
X - ?  
Passe
Attendez qu'ils disent 4 pour contrer, là ce serait d'appel.
Passe
Encore une fois, le contre serait d'appel, hélas...
Passe
Si vous contrez, le partenaire va sûrement nommer une couleur, vu qu'il est court à Pique.
Passe
En vénérant le partenaire d'avoir réveillé, vous voyez, il faut être patient !

Attention, dans tous ces cas de figure, à bien distinguer les contres d'appel des contres punitifs, nombre de désastres (bridgesques, heureusement !) sont survenus par la confusion dans ce domaine.

Je vous conseille, si vous avez des doutes, de vous remettre dans la lecture de votre revue « Atout Bridge » de septembre 2014 et de mai 2016 !

9 - Qu'est ce que ce 4SA, partenaire ?

Ha que d'accidents évitables commis en ton nom, notre ami Easley (le prénom de M. BLACKWOOD) a dû se retourner dans sa tombe de nombreuse fois...

Lorsque l'on débute au bridge, les choses sont simples, on apprend l'appel aux As, et donc on croit dur comme fer que le sésame 4SA ne peut ouvrir qu'une boîte à As. Et puis, un jour, un prof' de bridge sadique (ou aimant son métier, plus probablement), vous donne un cours sur le 4SA quantitatif. Votre château de sable est balayé par la marée montante, il faut réviser vos connaissances.

Pas de panique, c'est assez simple en fait, 4SA n'est Blackwood que lorsqu'un fit a été exprimé implicitement ou explicitement. Exemples :

SONE
1SA - 4SA  
SONE
1 - 2 -
2 - 3 -
4 - 4SA  
SONE
1 - 1 -
2 - 2 -
2SA - 4SA  
SONE
1 - 2 -
3 - 4SA  
Quantitatif, pas de fit agréé, la situation la plus connue, l'ouvreur a le droit de se taire. Blackwood, le camp s'est soutenu à Pique. Quantitatif, aucun fit n'est apparent. Blackwood atout Trèfle, clairement.

 « Savoir se taire », dans ces cas là, signifiera donc savoir passer lorsque notre main n'apportera aucune plus-value particulière de points ou de distribution, on jouera donc le contrat de 4SA, évaluant qu'un chelem serait, dans le meilleur des cas, moyen.

Encore et toujours, c'est votre jugement qui fera la différence, au bridge, on ne trouve pas forcément une solution à tout dans les cours, il faut donner aussi un peu de soi-même !

ONES
1 - 2 -
2 - 4SA -
?      
Ouest
R7
D43
DV10874
A5
Ouest
R7
A96
RD10972
D4
Ouest
7
AD6
RV10974
RV5
Ouest
RV4
DV7
A108643
R
Ouest
A65
R72
V96432
A
Passe
12 H « tout mouillé », le chelem ne peut être que moyen.
5
Ok pour le chelem, je réponds mon nombre de clés atout Carreau.
6
Ok pour le chelem, je possède un bon soutien Trèfle 3ème.
6SA
Votre proposition est acceptée avec ferveur.
Passe
Couleur moche, misfit Trèfle, restons-en là.

 Comme vous voyez, on peut donc « se taire », mais lorsque l'on ne le fait pas, on module ses réponses en fonction de l'importance des renseignements que l'on peut fournir au partenaire, au bridge, comme souvent dans la vie, les bonnes décisions se prennent à deux...

 10 - Intelligence du jeu

Ouatizite ? Pardon pour ce laisser-aller sémantique, ce paragraphe, le plus difficile des dix, va dépendre de vous, et uniquement de vous.
L'idée générale va en être la suivante : quel intérêt puis-je avoir à faire une enchère autre que passe ? Jouer un contrat gagnant ? Jouer un contrat dont la chute coutera moins cher que la réussite de celui des adversaires ? Donner une bonne entame ? Etc., etc.
En fait la liste est longue, savoir se taire, c'est se dire «Bon, je pourrais faire telle ou telle enchère, mais est-ce que cela pourrait rapporter à mon camp, ou pire, ne vais-je pas mettre mon partenaire dans l'embarras, l'inciter à faire une bêtise... ». Un exemple tout bête :

 

Sud
872
RV109
D63
V94
ONES
1 1 2 ?
   

 

 

 

 

 Vous mourez d'envie de dire 2 ? Eh bien, réfrénez la, en attaque votre main ne vaut pas grand-chose, atouts microscopiques, distribution affligeante, et plus de la moitié de vos points dans la couleur des adversaires. Si vous soutenez votre partenaire, celui-ci, court à Cœur, risque de surenchérir à Pique si les adversaires répètent leurs Cœurs, alors que vous ne rêvez que d'une chose, c'est qu'ils insistent à Cœur d'eux-mêmes et que vous sortiez « le bâton », comme on dit vulgairement pour contrer punitif.
En revanche, avec cette main :

Sud
RD2
10763
D94
872

7 H, 3433 également, vous auriez soutenu à 2 en raison de l'emplacement de vos honneurs.

Un autre exemple ? Il n'y a qu'à demander...

Nord
RV
DV108
RV7
D1094
SONE
2 X ?  
   

 

 

 

 

Passez, et vite ! D'autres joueurs, moins bons que vous, vont poursuivre le barrage à 3, je leur demanderais à quoi cela peut-il bien servir ? Vous avez peur, avec votre main, que l'adversaire trouve le contrat de 4 ? Bien au contraire, vous devriez en être ravi, un contre tonitruant (et non pas Tony, le truand...) les ramènerait à la raison ! Pourquoi aller chuter le contrat de 3, alors que celui des adversaires au palier de 3, voire plus, n'a quasiment aucune chance de gagner ?

Vous voyez, ce paragraphe 10 sera en fait une synthèse des neuf précédents, savoir si oui ou non faire une enchère avec une main donnée dans un contexte donné a une chance d'être efficace, ou non.

Comme disait mon regretté papa, « Passe, c'est une enchère ». Toute ma vie, j'aurais essayé de m'inspirer de lui, et notamment de cette réflexion bridgesque pleine de bon sens.

En conclusion, n'abusez pas du « Passe », mais sachez vous en servir utilement, ça pourrait vous rapporter plus gros que vous ne l'imaginiez peut-être.

 

Place aux exercices